mardi 11 mai 2010

Coucou me revoilou...

Killdozer - Killdozer



Me revoilou un peu crevé après deux jours de folie passés à Disneyland Paris. Pour reprendre le chemin du boulot dès demain j'avais besoin d'un disque qui me redonne la pêche qui me manque aujourd'hui et j'ai donc choisi dans la liste de mes CDs que je n'ai vu que très rarement (ou même jamais) sur le net, l'œuvre d'un groupe français du début des années 80. Il s'agit de Killdozer par je vous le donne Emile, Killdozer. C'était un groupe de Soul/Funk à l'ancienne avec des guitares Heavy-Rock plus des cuivres. Pour ma part ils me rappellent de la même époque Was Not Was pour ce même mélange de hard et de soul, mais aussi le J Geils Band pour l'énergie qu'ils dégageaient.

J'ai bien trouvé un rip vinyl (très bon d'ailleurs) de ce disque, ici,

http://sonsofthedolls.blogspot.com/2007/12/killdozer.html

ou là,

http://silveradoraremusic.blogspot.com/2008/11/killdozer-killdozer-1981.html

mais pas de rip CD. C'est chose faite avec celui de mon CD sorti chez MUSIDISC en 1991.

En prime je vous ajoute la critique de feu Rock'n'Folk (quoi, on me dit qu'ils existeraient encore?) du mois d'octobre 1980 par JL Lamaison, le spécialiste des musiques noires à l'époque, que je viens juste de vous taper, tirée de ma collec de vieux mags de zique. C'est cette très bonne critique qui m'avait donné envie en ce temps là d'acheter le 33 tours. Je ne l'ai jamais regretté.

2 extraits, une reprise, Funky Street d'Arthur Conley

http://www.fileden.com/files/2008/10/21/2153089/06%20-%20Funky%20Street.mp3

et une chanson originale, Soul Radio

http://www.fileden.com/files/2008/10/21/2153089/02%20-%20Soul%20Radio.mp3

La critique de R'n'F,

Killdozer! Ces mecs ont un nom qui sonne comme celui d'un groupe de hard rock, ils ont la hargne d'un groupe de hard rock, ils jouent aussi fort qu'un groupe de hard rock, mais ils font du r'n'b et du premier coup trouvent le moyen de pondre un album qui va bousculer quelques idées bien établies, comme celle qui veut que l'on ne puisse pas faire aujourd'hui de soul music sans singer les grands de la fin des Sixties. C'est un peu vrai si l'on s'arrête à la démarche, au demeurant bien sympathique, des Blues Brothers, mais Killdozer c'est tout autre chose: ils réussissent à faire une musique truffée de références et bourrée de trouvailles originales. Pas facile à dire.
Onze titres. Sept originaux, et trois reprises hyper-intelligentes. Tous les textes originaux sont de Robert Lapassade, chanteur dont la voix incroyable n'a pu être élevée qu'à grandes rasades de Julienas (servi frais) et de marc de Bourgogne et à raison d'une trentaine de Boyards chaque jour.
Le bougre est un fan de James Brown, c'est sûr, mais il y a pire comme influence. Les reprises d'abord? Une version de "First I Look At The Purse" tout simplement idéale. En effet Killdozer la mène de bout en bout sur un tempo d'enfer, seul moyen de rendre pleinement justice aux paroles, et Lapassade s'en paie une sacrée tranche dans le registre macho angoissé sur une rythmique en béton armé et deux guitares implacables. Ames sensibles s'abstenir. Ensuite une superbe version du "Funky Street" d'Arthur Conley; il fallait y penser, et il fallait aussi penser à y coller un petit solo à la Chuck Berry. Enfin, le "My Thang" de James Brown; et là ça pouvait paraître présomptueux, parce que s'il y a un titre de Brown pas évident à reprendre pour un chanteur c'est bien celui-là: il faut assurer comme un fou. Robert Lapassade s'en tire remarquablement, et cela en dit long sur ses possibilités. Et puis il y a les compositions originales, bourrées de funk et qui laissent sur le carreau bien des groupes du genre qui jonglent avec leurs disques d'or. "Soul Radio" est un petit coup de chapeau aux idoles, "Magic Drums" et (Do The) Company Walk" des boogaloos furibards avec de superbes arrangements de cuivres - Lapassade se lance même carrément dans un petit rap léger sur "Company Walk". Au milieu de tout cela "Hold On", ambiance Springsteen/Southside Johnny, tombe un peu comme une mouche dans un verre de bloody mary, mais c'est la seule ombre au tableau. Si les gens de CBS ont deux sous de jugeote, voilà un disque qui pourrait bien faire une brillante carrière internationale. Ici, c'est un autre problème: les radios n'aiment pas les groupes français et les détestent s'ils s'avisent de chanter en anglais. En France on a des oeillères solides et des tabous qui ont la vie dure. -
JEAN-LOUIS LAMAISON (Rock'n'Folk octobre 1980)


Enfin pour une écoute en intégralité, le lien,

http://www.multiupload.com/FJDJH92I5L

E.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci pour ce post. Je n'avais jamais vu ce disque en cd. J'avais acheté le lp vers 83 en solde. Grosse pêche !!!
merci encore.

Anonyme a dit…

Hello Ricounet. Je l'ai pris ton joyau, car tu as prononcé les mots-clés.
A bientôt.

Garri

cpop a dit…

Heureux de t'avoir permis de te retrouver de nouveau en 1983 Anonyme.
Pour moi aussi un des mes très gros coups de cœur français de l'époque.

Quant à toi cher Garri les mots-clés ne seraient ils pas, soul, funky et hard'n'heavy?

Eric

devant a dit…

Rien à ajouter, je l'ai en vinyle et en garde un bon souvenir, hélas pas de suite je crois?
Je les ai "retrouve" par hasard en tombant sur un article de "Killdozer" ... Américains, rien à vois, mais le souvenir a joué!!